Persuasion, Jane Austen

Publié le par La cerise

Note générale: 5/5
Fun factor: 5/5 
(c'est sans surprise, j'ai envie de dire)

Aujourd'hui, je ne me foule pas vraiment pour les conseils, car évidemment toutes autant que vous êtes, vous aimez Jane Austen (s'il y a un être de sexe féminin qui n'aime pas Jane Austen qu'elle se manifeste dans les comms - s'il y a un être de sexe masculin qui lit ce blog, qu'il se manifeste aussi :) ) mais j'aimerais quand même vous parler de ce très beau roman, son dernier avant sa mort tragiquement précoce (elle est morte à 47 ans, autrement dit pour un écrivain, pratiquement à l'aube de sa carrière...).

Enfin, je ne suis peut-être pas très qualifée pour vous parler de ce roman car même si j'ai toujours aimé Jane Austen, je ne l'ai pas  bien comprise jusqu'à peu: pour vous dire la profondeur de mon analyse, il m'a fallu voir le FILM  "Orgueil et préjugés" (oui, oui, celui avec Keira Knightley) pour comprendre réellement les enjeux sociaux de la "chasse au mari" (en gros, le statut social du mari détermine le staut social de la femme) , alors que Jane Austen  elle-même y fait des références non voilées dans tous ses romans, facon "la critique sociale pour les nuls".
Comme vous l'avez deviné car vous commencez à connaître mon incorrigible sentimentalité,  j'étais aveuglée par les enjeux romantiques  du "qui va se marier avec qui?" auquel se résument à peu près toutes les intrigues "austeniennes".

Et en cela "Persuasion" ne pouvait que me ravir.
Pour parapharaser Virginia Woolf qui a écrit une très belle préface à ce roman,  la satire de Jane Austen se fait à la fois plus aigüe et plus expéditive, et par contraste, son écriture se fait plus personnelle, plus douce, plus centrée sur son héroïne.
L'héroïne en question, Anne Elliott, 27 ans, a refusé à 19 ans l'homme qu'elle aimait pour des raisons de convenances sociales, "persuadée" par sa tante. Elle se plait dans une solitude assumée et plutôt douce à peine pimentée de regret, jusqu'à ce que son ancien prétendant réapparaisse. Les 8 années qui ont fait d'Anne une quasi vieille fille ont fait du capitaine Wentworth un parti des plus avantageux. La balance sociale s'est renversée, mais qu'en est-il des coeurs de nos héros?? Le suspense sentimental est à son comble...
 
Inutile de vous dire c'est un roman très émouvant, qui parle d'amour perdu, de bonheur fragile, une oeuvre d'une finesse psychologique incroyable au lyrisme subtil, en contraste avec avec des intermèdes très satiriques à hurler de rire (le père d'Anne, le baronet, est une des charges les plus féroces de tous les romans de Jane Austen).
Si vous ne l'avez pas encore lu et que vous aimez Jane Austen, précipitez-vous dessus, c'est son meilleur, tout simplement, et pourtant Dieu sait qu'elle ne fut pas avare en chefs d'oeuvres.

Publié dans Critiques de livres

Commenter cet article

La cerise 24/08/2009 17:39

En fait moi aussi j'aime beaucoup la satire et l'ironie, et rassure-toi je l'avais quand même perçue, mais je veux dire je n'avais pes compris qu'à côté des enjeux sentimentaux de la chasse au mari, il y a des enjeux sociaux très importants. De nos jous, on fait des études pour assurer son statut social, ET on cherche l'âme soeur pour son bonheur personnel. Et à l'époque, c'était "tout en un" en quelque sorte.
D'habitude, les 2 se confondent ou presque (par exemple dans Mansfield Park, le mari le plus pauvre est aussi le plus rustre, le beau capitaine sans le sou dans P&P est un aventurier sans scrupules)mais là J.A. dit explicitement qu'Anne aurait dû à l'époque accepter Wentworth. J'aime beaucoup P&P et emma aussi, ce sont peut-être ses 2 oeuvres les plus "habiles", les mieux menées mais dans Persuasion, comme dit W. Woolf justement, il y a une profondeur en plus "l'aube d'un nouvel écrivain" (c'est beau ce que je dis)

gestland 24/08/2009 10:27

ah c'est ton préféré? Moi je préfère Pride and prejudice comme beaucoup de monde qui n'y connaît rien je suppose ;-) mais quand même j'apprécie tous ses romans, Emma dans une moindre mesure... J'adore son côté satirique justement ça m'a toujours fait délirer! Je connais bien l'époque et l'importance de la course au mari pour avoir lu beaucoup de livres sur cette époque. c'est pourquoi j'ai toujours apprécié ce côté satirique et ironique, ses héroïnes qui n'en sont jamais tout à fait puisqu'elle ne leur épargne pas les différents travers... Par contre comme toi, je 'nen oublie pas les conjectures romantiques pour autant, je suis une vraie fille quoi!