La montagne magique, Thomas Mann

Publié le par La cerise

Note générale: 5/5 voire 6/5 (monument de la littérature mondiale)
Fun factor: 2,5/5 (ne nous voilons pas la face, c'est un énorme pavé, assez intello de surcroît, mais qui peut devenir vraiment divertissant une fois qu'on y est plongé... mais si je vous le dis enfin! :D)
Titre en VO: Der Zauberberg

Aujourd'hui je vais vous parler d'un livre qui est sans conteste dans mon top 3 des livres jamais écrits dans ce bas-monde, l'immense et incroyable Montagne magique de Thomas Mann. Comme vous le savez sûrement, Thomas Mann est donc un auteur allemand du début du XXe siècle, et ce roman lui a valu le Prix Nobel. Eh oui, dans ce blog, il n'y a que la crème de la crème, comme vous avez déjà pu vous en apercevoir (arf).

Mais revenons à THE oeuvre elle-même.
La montagne magique se passe au tout début du XXe siècle, avant la première guerre mondiale, et raconte l'histoire de Hans Castorp, 24 ans,  jeune ingénieur de Hambourg et selon l'auteur "homme moyen" par excellence. Il a pris 3 semaines de vacances pour aller voir son cousin dans un sanatorium dans les Alpes, au sud de l'Allemagne, ou plutôt en Suisse, vers Davos, et va plus ou moins volontairement se trouver pris au piège doré de cette "montagne magique".

Mais là où ce roman atteint le génie, c'est qu'il se demande si la montagne magique est réellement un enfermement, si ce n'est pas finalement la "vraie vie", la vie véritablement libre, la vie spirituelle  par opposition à la vie matérielle, technique, qui attend Hans Castorp à Hambourg. C'est à la fois un piège et une libération, c'est un lieu de mort (les gens meurent régulièrement puisqu'ils sont malades), d'oisiveté vide, qui est aussi un lieu de vie, de fécondité de l'esprit, d'amour, en un mot d'épanouissement de l'humain, mais qui garde jusqu'au bout sa suprême ambiguité.

Et à travers le séjour banal d'un homme banal dans un sanatorium, ce sont les grandes questions humaines qui apparaissent: qu'est-ce que la santé? qu'est-ce que la maladie? qu'est-ce que la vie? qu'est-ce que la mort?
C'est LE roman total par excellence, avec énormément de développements intellectuels/philosophiques, notamment un questionnement de l'humanisme des Lumières incarné par le personnage haut en couleur de l'italien Settembrini et ses débats avec le jésuite Naphta (débats extrêmement intéressants, cela dit pour une première lecture, vous avez ma bénédiction pour sauter quelques pages...).
Mais c'est aussi une ambiance irrésistible, "de grand format" comme dirait Thomas Mann :  l'isolement des montagnes, la pureté de son air, le confort à la fois sain et décadent, la mort toujours présente et des personnages inoubliables, la mystérieuse Clawdia Chauchat, l'immense Mynheer Pepperkorn.

Comme Hans Castorp, vous ne ressortirez certainement pas intacts de votre voyage dans la montagne magique, si vous vous décidez à l'entreprendre. Comme lui et comme moi (revenons aux sujets intéressants :) ), vous verrez peut-être votre vision de la vie élargie, retournée et bousculée en tous sens. Just give it a try!

Publié dans Critiques de livres

Commenter cet article

Benoît 02/09/2009 21:52

Bonjour, très juste critique d'un livre inoubliable, auquel j'ai consacré une bonne partie de mes vacances.
Il y a tout dans ce livre : des réflexions magnifiques sur le temps et la mort, des descriptions superbes, des personnages attachants (plus que dans Proust, à qui ce roman m'a fait pensé), de l'humour (le comique de répétition sur le confort des chaises longues).
Les joutes oratoires tournent en rond, c'est vrai mais sans aucun doute voulu par T. Mann, je les ai survolées à la longue. Sinon, tout le reste est superbe, c'est long mais on est finalement aimanté.

La cerise 03/09/2009 10:31


Bonjour Benoît, merci pour ton commentaire approbateur (on se connaît ou tu es tombé sur ce blog par hasard?) Je vois avec plaisir que nous avons un peu le même avis sur ce livre incroyable et
fascinant
Oui, il y a beaucoup d'humour, c'est le côté roman total... peut-être en effet que les débats tournent en rond, ils sont très complexes et développés en tous cas c'est sûr, et je sais par
expérience que ça peut faire lâcher pas mal de lecteurs (un peu comme les leçons de musique dans Doktor Faustus). Mais c'est aussi ces développements qui donnent leur profondeur au roman. Sinon les
chaises longues, oui ça fait rêver... ;) je vais qqfois en Forêt noire dans un hôtel très confortable  et je pense à chaque fois à "la Montagne magique", surtout quand je lis sur une de leurs
chaises longues (!!)


helenemarie 23/08/2009 18:46

Ca y est je suis plongée dans la lecture, et après une vingtaine de pages durant lesquelles j'ai eu un peu de mal, je suis rentrée dans cet univers captivant! Allez encore 700 pages qui m'attendent... Merci pour ces précieux conseils lecture!

La cerise 07/05/2009 16:32

Coucou sylviane! merci pour ta visite! je suis contente d'avoir pu t'inciter à te plonger (un jour :) ) dans "la montagne magique"
Je ne dirais pas que c'est un bouquin facile, mais il vaut vraiment le coup.... comme je le dis il ne faut pas avoir peur éventuellement de sauter qq pages car encore plus que dans d'autres romans chez Mann il y a beaucoup de développements abstraits, mais on finit par être pris par l'histoire.

Sylviane 07/05/2009 16:25

Arghf, je me suis toujours dit que je le lirais... mais je reporte toujours. Comme dans la chanson, j'y pense et puis j'oublie... (Non, par pitié, ne chantez pas!!!)
Cette petite analyse me donne bien envie d'entamer cette lecture,... mais quand j'aurai fini la saga Millénium!!!
Bise ma jolie