Les particules élémentaires, Michel Houellebecq

Publié le par La cerise

Note générale:3,5/5
Fun factor: 5/5 (très facile à lire)

J'ai relu récemment, plus ou moins à la faveur de la sortie du film, "Les particules élémentaires" de Houellebecq. Je trouve cet auteur particulièrement facile à lire du fait de son style très sobre, de son don certain pour la satire, et bien sûr du caractère quand même assez racoleur des sujets traités (sexe, violence, et cie).

Je résume tout d'abord rapidement l'histoire: deux demi-frères, Michel et Bruno, plus ou moins abandonnés par une mère hippie, libertaire et irresponsable, mènent des vies opposées, mais également insatisfaisantes et malheureuses. Bruno, obsédé par le désir sexuel, va de frustration en frustration tandis que Michel choisit la voie d'une quasi-désincarnation, d'une sorte d'attrait du néant, en se consacrant à la recherche scientifique.

Comme vous l'avez compris, les destins des deux frères sont un peu une métaphore des impasses de notre société moderne ou "postmoderne".
La première lecture ne m'avait pas tout à fait convaincue; en général, parmi les livres de Houellebecq, j'ai depuis le début une petite préférence pour son premier, "Extension du domaine de la lutte" car je trouve que son écriture très satirique garde encore une certaine lumière, l'idée d'une rédemption possible, et que sa lucidité ne verse pas dans ce que j'appellerais une complaisance (trop de sexe, trop de violence... si je ne me trompe, il passe plus ou moins pour un auteur réac, en tous cas il est sans aucun doute politiquement incorrect).
Et de la complaisance à l'aveuglement il n'y a qu'un pas. Je trouve dommage qu'il gâche quelquefois son talent romanesque, de dévoilement, d'analyse, qui est réel (si on compare par exemple à Beigdeber, qui est facile à lire aussi, racoleur aussi, mais nullissime d'un point de vue littéraire), en tombant dans ce qui est pour moi des excès.

Ce sont ces excès (scènes insoutenables de violence au pensionnat au début, par exemple)  qui m'ont peut-être rebutée à la première lecture. Mais à la relecture ils m'ont paru justifiés, pas si gratuits. En effet, c'est un roman sur la faillite de la morale, sur la déréliction, sur l'égoïsme forcené,  sur la libération des interdits qui a enfermé l'homme dans une prison pire que tous les interdits, en le soumettant à une compétition sociale impitoyable. Tous constats qui sont bien sûr un peu désepérants mais néanmoins assez justes. 
Par ailleurs, il y a une construction romanesque très intéressante dans le balancement entre les histoires parallèles des deux héros, bref c'est habilement mené, drôle aussi évidemment si vous aimez la satire (les scènes dans la camping New age nudiste sont quand même d'anthologie).
Il manque certainement un aspect de rédemption, vu que Houellebecq reste nihiliste jusque dans les "solutions" qu'il propose, mais ça n'en est  pas moins une lecture facile, éclairante et non dénuée d'intérêt littéraire.

Publié dans Critiques de livres

Commenter cet article

Sugar 25/08/2009 19:20

j'avais lu ton article mais pas réagi sur le moment, du coup suite à ton dernier message je suis revenue voir pour répondre ;-)

C'est sûr qu'entre Houellebecq et Beigbeder on peut trouver certains points communs, et que le premier écrit nettement mieux que le second.
Néanmoins, en ce qui me concerne c'est épidermique, je suis allergique à cet auteur (enfin aux deux d'ailleurs)...
Peut-être que sa narration est justifiée et non gratuite, je ne sais pas, si je rentre dans le débat je vais donner un avis très négatif et pas objectif... Bref non, y'a pas moyen, très peu pour moi!

La cerise 27/08/2009 16:25


hello sugar, merci pour ton avis! oui j'imagine que Houellebecq peut avoir un côté un peu répulsif, mais ce que j'aime bien en fait, c'est qu'il n'a pas peur de passer pour désabusé, toxique et
pathétique (ce qu'il est effectivement). Il y a un côté "véritable" derrière, c'est un peu ce que je disais sur "Hell" de Lolita Pille (et il est plus révélateur que Lolita Pille, et meilleur
écrivain, il faut bien le dire). Le côté trash, moi, ça me divertit, je suis bon public et je me fais facilement racoler (surtout Houellebecq, il est très très drôle quand même), mais je comprends
bien que ça puisse te répugner. N'hésite pas à continuer à donner tes avis négatifs et pas objectifs ;) Bisous!